Près de 60.000 employés, fonctionnaires et indépendants avaient introduit jusqu'à décembre inclus une demande de rachat d'années d'études afin de pouvoir bénéficier d'une pension plus élevée. Un régime de faveur accordé à ceux qui ont obtenu leur diplôme il y a plus de 10 ans arrivait à échéance le 1er décembre, ce qui a entraîné un afflux de demandes. Jusque septembre, celles-ci étaient en effet encore limitées à 35.972 demandes.Depuis le 1er décembre 2017, les travailleurs peuvent échanger une année d'étude pour une année de travail. Ils payent pour ce faire un montant forfaitaire de 1.560 euros par an, si les années sont rachetées dans les 10 ans après l'obtention du diplôme. Les personnes étant diplômées il y a plus de 10 ans pouvaient prétendre aux mêmes conditions jusqu'au 30 novembre inclus. Ces derniers devront désormais payer plus cher pour un éventuel rachat. 24.837 employés (14.596 néerlandophones et 10.241 francophones) et 23.569 fonctionnaires (15.089 néerlandophones et 8.480 francophones) ont introduit une demande officielle au Service fédéral des Pensions jusqu'à décembre 2020 inclus. De son côté, l'Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI) a reçu depuis le 1er décembre 2017 un total de 11.527 demandes d'indépendants. Au total, on recense donc 59.933 demandes. Les citoyens ont six mois pour payer après avoir reçu la proposition du Service des pensions. Fin décembre, 30.811.158 euros avaient été versés par les employés (19,5 millions côté néerlandophone et 11,2 millions chez les francophones). Chez les fonctionnaires, 21.573.827 euros avaient été perçus (13,8 millions côté néerlandophone et 7,7 millions chez les francophone). (Belga)