Un juge de la Cour suprême des Etats-Unis a offert vendredi une demi-victoire temporaire au président Donald Trump en Pennsylvanie, en ordonnant que les bulletins de vote arrivés par courrier après le 3 novembre dans cet Etat soient traités de façon séparée des autres bulletins.Le magistrat conservateur Samuel Alito n'a toutefois pas ordonné l'arrêt du comptage des bulletins ainsi écartés, comme le souhaitait le camp républicain du président, qui ne peut se permettre de perdre cet Etat-clé s'il veut rester à la Maison Blanche. M. Trump ne cesse de dénoncer les bulletins par correspondance, les accusant -sans preuve- de générer une vaste fraude électorale. La voie postale est une façon de voter davantage prisée par les démocrates que les républicains. La loi électorale en Pennsylvanie autorise le comptage des bulletins postés jusqu'à mardi et arrivés dans les trois jours suivant l'élection. La décision du juge Alito vient confirmer l'ordre donné par les autorités locales avant le scrutin de décompter ces bulletins distinctement, afin de pouvoir les retirer du total s'ils devaient être invalidés. La requête avait été déposée par le parti républicain de l'Etat, estimant que ces suffrages, qui représentent 4.000 voix selon CNN et sont pour la plupart en faveur de M. Biden, sont invalides. La mesure ordonnée par le juge Alito est conservatoire, en attendant l'examen du dossier par la Cour suprême, au sein de laquelle les magistrats conservateurs comptent désormais une solide majorité. La haute cour pourrait au final déclarer ces bulletins invalides, en donnant raison à M. Trump. Mais cela pourrait également ne pas faire de différence sur le résultat final de l'élection, le nombre de bulletins concernés étant moins important que l'avance du candidat démocrate sur le président. (Belga)