L'Union européenne s'est dotée d'un objectif ambitieux que les États membres ne devraient pas dépasser pour garder leurs plages les plus propres possibles: maximum 20 déchets par hectomètre de littoral, alors que la moyenne est de 233 pour la mer du Nord, a indiqué vendredi la Commission européenne. Une unité de déchets doit être entendue comme un objet abandonné de plus de 2,5 centimètres trouvé sur la plage, ce qui va du filtre de cigarette aux filets de pêche, cordages ou emballages industriels. La directive-cadre de l'UE sur la stratégie marine nécessitait de définir une valeur-seuil afin de doter les États membres d'un critère précis. Pour évaluer la quantité de déchets à partir de laquelle une plage est considérée comme sale, les expert se sont fondés sur des données récoltées en 2015 et 2016 sur 331 plages. Ils ont constaté que nombre d'entre elles étaient souillées de plus de 300 déchets par hectomètre de côte. La quantité moyenne était de 150, avec des différences notables selon les régions: la moyenne était de 40 autour de la Baltique, de 106 autour de la mer Noire, de 233 pour la mer du Nord et la façade atlantique et de 274 pour la Méditerranée. La valeur-seuil de 20 déchets par hectomètre "renforce notre engagement en vue d'une ambition zéro-pollution, en parallèle avec nos objectifs de biodiversité. Nous disposons maintenant d'un critère plus clair pour des mers propres et saines, et j'en appelle aux autorités nationales pour qu'elles utilisent cette valeur et prennent les mesures nécessaires", a exhorté le commissaire à l'Environnement, Virginijus Sinkevicius. Selon la Commission, cet objectif ouvre aussi la voie à la fixation d'autres valeurs, par exemple pour les déchets des fonds marins ou les micro-plastiques. (Belga)