Le front commun syndical rencontrera vendredi matin le cabinet du ministre de l'Emploi et de l'Économie, Pierre-Yves Dermagne, pour discuter de la restructuration d'IBM, a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué. Un emploi sur cinq est menacé au sein de l'entreprise informatique en Belgique.Les syndicats disent poursuivre deux objectifs pour leur rencontre avec le cabinet. À court terme, il s'agit d'obtenir "en urgence" le soutien du ministre Dermagne pour relancer la concertation avec la direction. À moyen terme, les représentants du personnel souhaitent des corrections à la législation relative à la procédure Renault, "que la direction d'IBM n'hésite pas à instrumentaliser" selon eux. IBM a annoncé un vaste plan de restructuration début novembre. En Belgique, 196 emplois sont menacés. Les discussions entre les syndicats et la direction belge dans le cadre de la procédure Renault sont toutefois au point mort. Les représentants des travailleurs dénoncent un blocage de la part de la direction, qui a décidé "unilatéralement" de mettre fin à la première phase de la procédure qui encadre les licenciements collectifs. Elle a ensuite annoncé mardi un plan de départ volontaire pour la semaine prochaine. "Sous couvert qu'il ne s'agit pas de licenciements, la direction prévoit de lancer ce plan sans attendre la fin de la période des 30 jours d'interdiction alors que le résultat sur la disparition de l'emploi est le même", dénonce le front commun syndical, composé du Setca, de la CNE, de l'ACV Puls et de la CGSLB. (Belga)