Reverra-t-on David Goffin (ATP 12) sur un court de tennis en 2020 après sa défaite sévère - et surtout ses déclarations - dimanche au premier tour à Roland Garros contre le jeune Italien Jannik Sinner (ATP 74) ? Ce n'est pas garanti. Battu 7-5, 6-0, 6-3 en 1h59 sur le nouveau court Philippe Chatrier avec le toit fermé, le Liégeois semblait comme perdu et démotivé en conférence de presse. "Le dernier match, mon niveau n'est pas bon. Il fallait que je fasse quelque chose avant Roland-Garros", a expliqué Goffin. "Je me suis dit : j'essaye vraiment de me motiver, de retrouver la forme dans mes frappes à l'entraînement. J'ai vraiment essayé que cela aille. Et puis là, aujourd'hui. C'est plus un état mental où je me sens un peu fatigué, démotivé, et tout de suite, chez moi, cela se voit puissance 1000 dans mon jeu. Je ne retournerai en tournoi que si j'ai vraiment envie de m'accrocher, de me battre sur chaque balle. Sinon, je pense que jouer pour jouer, surtout dans ces conditions, cela ne sert à rien". David Goffin aura, en tout cas, le temps de réfléchir, à tête reposée, ces deux prochaines semaines, vu que Roland-Garros est déjà terminé pour lui. À son calendrier, il reste notamment l'European Open, le tournoi ATP 250 d'Anvers, le 19 octobre, qui lui tient à cœur et pourrait le motiver. "Il reste trois ou quatre tournois, dont Anvers, qui est toujours un tournoi vraiment spécial", a-t-il poursuivi. "Pour une fois que l'on a un tournoi à la maison, c'est bien de le jouer. On va voir. On va en discuter. On va d'abord essayer de retrouver du plaisir, et de la motivation, pour bien performer. Sans cela, je n'y arrive pas". (Belga)