Elise Mertens (WTA 20) était contente d'avoir franchi avec succès le premier tour à Roland-Garros, dimanche. Sur le court Simone Mathieu, dans les serres d'Auteuil, la Limbourgeoise, 24 ans avait à la fois dû lutter contre la Russe Margarita Gasparyan (WTA 122), 26 ans, mais aussi contre le froid et la pluie. Sans bien jouer, elle s'est toutefois imposée assez facilement, 6-2, 6-3, en 1h43 minutes. "Ce n'était pas évident. Il a eu trois interruptions à cause de la pluie, on a dû reprendre à chaque fois, et je voulais juste finir le match rapidement", a-t-elle expliqué. "Les conditions sont très différentes. C'est très difficile de gagner un point. Le court était glissant aussi. Mais cela vaut pour les deux joueuses. Dans le premier set, à cause de la pluie, c'était plus difficile de trouver un rythme. Elle faisait pas mal d'erreurs. Je renvoyais les balles dans le court et cela suffisait. Dans le deuxième set, elle a commencé à être plus agressive. À 2-3, j'ai dû élever mon niveau de jeu, ce que j'ai fait. Je ne suis pas très heureuse du niveau que j'ai produit, mais je ne sais pas si on peut jouer son meilleur tennis dans ces conditions". Au tour suivant, Elise Mertens retrouvera l'Estonienne Kaia Kanepi (WTA 106), 35 ans, quart de finaliste en 2008 et 2012 à Paris. Il s'agira d'une revanche pour la numéro 1 belge, qui reste sur une défaite contre elle, l'an dernier sur la terre battue verte - et bien plus rapide - de Charleston lors de leur unique précédente confrontation. "C'est une adversaire qui peut être dangereuse", a-t-elle poursuivi. "C'est une grande frappeuse. Elle sert bien également. Il va falloir que je sois agressive, mais également faire en sorte de ramener beaucoup de balles. Maintenant, dans ces circonstances, c'est très difficile de remporter un point dans les trois premières frappes. Mais il faut trouver un moyen de les gagner, l'un après l'autre. Ce sera peut-être un avantage pour moi, peut-être pas. On verra". (Belga)