Greet Minnen (WTA 110) était fort déçue dimanche soir après sa défaite au premier tour à Roland Garros. Pour sa toute première participation aux Internationaux de France, la Limbourgeoise, 23 ans, a été balayée 6-2, 6-1 en 54 minutes à peine sur le court 9 par l'Argentine Nadia Podoroska (WTA 131), 23 ans, issue des qualifications. "Je n'ai pas beaucoup de confiance à l'heure actuelle", a expliqué Greet Minnen. "Je traverse une période difficile. Je n'ai pas gagné beaucoup de matches. Dès lors, quand on rencontre une adversaire qui joue bien sur terre battue, c'est difficile. Les conditions n'étaient pas évidentes non plus. Jouer dans le froid, la bruine, est compliqué et certaines s'en accommodent mieux que d'autres. Les nouvelles balles, qui rebondissent moins haut, auraient dû être à mon avantage, mais cela n'a pas été le cas. Si j'étais en confiance, j'aurais certainement pu gagner, mais je ne joue pas à mon niveau. Et sur terre battue, c'est encore plus dur pour moi de m'en sortir, car ce n'est pas ma surface de prédilection". Greet Minnen se consolera avec les 60.000 euros offerts aux perdants du premier tour et qui, à son niveau, mettront plus que du beurre dans les épinards dans une année que personne ne souhaite revivre. "Il ne reste plus qu'un tournoi sur le circuit WTA, à savoir celui d'Ostrava, auquel je n'ai aucune chance de participer, vu mon classement", a-t-elle poursuivi. "Je vais donc surtout devoir trouver mon bonheur sur le circuit ITF. Je pense que je vais partir trois semaines aux États-Unis pour essayer de retrouver de meilleures sensations. Et un niveau de jeu décent. Je compte disputer deux tournois sur dur et un autre sur terre battue". (Belga)