A l'instar d'autres compagnies aériennes, Ryanair va considérablement réduire son offre, suivant ainsi la baisse de la demande liée à la crise sanitaire du coronavirus. Elle s'attend à maintenir au sol la plupart de ses appareils d'ici 7 à 10 jours et n'exclut pas d'immobiliser l'entièreté de sa flotte. La compagnie rappelle notamment les restrictions de vol imposées par certains pays. Dans d'autres pays, il est presque devenu impossible d'opérer encore des vols en raison de la mesure de "social distancing", par laquelle les autorités invitent les citoyens à respecter une distance minimale entre eux. Ce qui n'est pas concevable à bord d'un avion à moins de ne le remplir qu'à moitié voire au tiers de sa capacité. Ryanair envisage de réduire son offre de sièges de 80% en avril et mai, mais n'exclut pas de maintenir tous ses appareils au sol. La compagnie à bas coûts affirme disposer de suffisamment de liquidités, mais elle va tout de même prendre des mesures afin de limiter les dépenses opérationnelles: report des investissements, gel de l'embauche, encourager le personnel à prendre congé, suspension temporaire de contrats... "Nous collaborons avec notre personnel et les syndicats dans tous les pays européens afin d'appréhender cette crise exceptionnelle et sans précédent", commente la compagnie dans un communiqué. L'impact de cette crise est encore difficile à évaluer, ajoute-t-elle. (Belga)