Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP) a organisé jeudi matin à Marche-en-Famenne une manifestation en marge du Salon des Mandataires pour interpeller les élus sur la question du sans-abrisme. "Il faut avoir à l'esprit qu'on peut éliminer le sans-abrisme", souligne Christine Mahy, secrétaire générale du RWLP. Postés à l'entrée du WEX qui accueillait cette 15ème édition du Salon des Mandataires, les manifestants ont interpellé les mandataires à coups de slogans tels que "Plus de baluchons, mais des maisons", "Qu'est-ce qu'on veut? Un logement". "Nous distribuons des bons de commande aux mandataires pour leur proposer des mesures concrètes visant à éliminer le sans-abrisme", souligne Christine Mahy. "Il faut casser cette idée selon laquelle le sans-abisme est une fatalité. Aujourd'hui, toutes les politiques publiques sont dans une optique de gestion du phénomène. Or, la responsabilité de l'État est de financer des réponses durables, pas des sparadraps palliatifs. Nous voulons sensibiliser les mandataires locaux au fait qu'eux aussi ont un rôle à jouer." Le RWLP suggère notamment aux pouvoirs locaux de toujours octroyer une adresse de référence, organiser l'accès à un logement pour toute personne sortant d'une institution collective, faire du logement public supplémentaire en soutenant les A.I.S., A.P.L. et sociétés publiques de logement social, ou encore combattre la maltraitance intrafamiliale des femmes. Le réseau en profite également pour interpeller les élus sur problématique du mobilier anti-SDF. "Contrairement à ce qu'on croit, les gens qui vivent dans la rue essayent toujours de trouver la solution la plus adaptée pour survivre. Ce type de mobilier les met en danger dans la mesure où il destructure une forme d'organisation, de survie. Les pouvoirs publics ne peuvent pas participer à cela." (Belga)