Comme la Juventus ne s'est pas montrée très autoritaire lors de ses dernières prestations, Maurizio Sarri ne se retrouve pas dans une position confortable. Le coach, 61 ans, ne se fait cependant pas de souci pour son avenir. "Moi en discussion? Vous avez déjà vu un pilote de Formule 1 avoir peur de la vitesse?", a interrogé Sarri dimanche en prélude à la rencontre face à la Lazio lundi. "Cela fait partie de mon métier: tout va bien quand tu gagnes et tout va mal si tu perds. Les critiques à l'égard de l'entraîneur c'est logique", a insisté Sarri. "J'ai un contrat et je veux l'honorer à tout prix. Je veux continuer avec la Juventus. La Premier League est très belle mais j'ai toujours éprouvé le désir de rentrer en Italie. Mon futur c'est demain: en ce moment, la tête doit rester concentrée sur les dernières rencontres à commencer par celle de ce lundi. Pour le reste, on en verra les conséquences." Après 33 journées, la Juventus, qui n'a pas gagné ses trois derniers matchs (une défaite et deux partages), est leader avec 77 points, six d'avance sur l'Inter Milan de Romelu Lukaku et l'Atalanta Bergame de Timothy Castagne, qui a joué un match de plus. "Comment je me sens avec le souffle des adversaires dans le cou? Mieux", a conclu Sarri. (Belga)