Si le Belge a une brique dans le ventre, il faut dépasser l'euphorie lors de l'achat

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Si le Belge a encore et toujours bien une brique dans le ventre, CBC l'invite tout de même à se montrer prudent lors de l'achat d'un bien immobilier et à dépasser l'euphorie qui l'accompagne. Selon l'observatoire en la matière de la banque, présenté lundi, à quelques jours du début du salon Batibouw, les Belges ont en effet tendance à oublier de prévoir l'avenir. Seul un tiers d'entre eux anticipent ainsi l'insolvabilité potentielle de leur partenaire et la même proportion ne connaît pas les droits de succession de leur habitation. En outre, les changements sociétaux, notamment au niveau familial, et les mesures régulatoires ont modifié le rapport des Belges à l'immobilier. Il est en effet moins aisé d'accéder à un crédit hypothécaire aujourd'hui qu'il y a quelques années. Trois-quarts d'entre eux savent ainsi que la quotité empruntable auprès d'une banque est désormais inférieure ou égale à 90% de la valeur du bien acheté. La banque CBC constate ainsi un partage entre prudence mais aussi optimisme. L'appétit des habitants du pays pour la brique reste ainsi intact, même après la crise économique de 2008. Actuellement, 65% parmi eux se disent propriétaires et 24% en ont l'intention à très court terme. Et l'optimisme règne parmi les Belges. Près de trois quarts (74%) pensent revendre leur habitation à une valeur égale ou supérieure à leur investissement, en ce compris les frais de notaire, les droits d'enregistrement et les travaux. Dans le processus d'accompagnement de ses clients, CBC entend dès lors rationaliser l'achat et les conscientiser au maximum face au phénomène d'euphorie qui les habite souvent. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.