Il reste un peu moins de 3 mois pour trouver une solution définitive à la question du tarif prosumer qui n'est gelé que jusqu'au 30 avril prochain, a répété le ministre wallon de l'Energie Philippe Henry lundi, en commission du parlement régional. Différentes pistes sont actuellement explorées. Elles devront répondre aux exigences de la déclaration de politique régionale tout en respectant les compétences tarifaires de la CWApE, le régulateur du secteur, telles que récemment confirmées par le Conseil d'Etat, a réaffirmé le ministre. "A l'heure actuelle, le tarif prosumer - que la la CWApe entend imposer aux détenteurs de panneaux photovoltaïques pour l'utilisation du réseau, ndlr - est en vigueur mais les fournisseurs d'énergie ne le facture pas aux gestionnaires de réseaux de distribution - les GRD - qui à leur tour ne le font pas payer aux prosumers", a ajouté Philippe Henry selon qui "il n'y aura de toute façon pas de régularisation rétroactive". Le manque-à-gagner, estimé à 20 millions pour les GRD, devra toutefois être couvert. "Les discussions sont en cours et le recouvrement pourrait prendre plusieurs formes, selon la solution définitive qui sera adoptée. Par défaut, le mécanisme des soldes régulatoires pourrait être appliqué", a encore expliqué le ministre à François Desquesnes, le chef de groupe du cdH au parlement wallon qui l'interrogeait sur le sujet. Ecart entre, d'une part, les coûts prévisionnels et les coûts réels rapportés et, d'autre part, les revenus prévisionnels et les revenus enregistrés, ces soldes régulatoires "sont un mécanisme technique qui au final, conduira l'ensemble des consommateurs à payer la facture", a regretté le député humaniste. (Belga)