La Commission européenne a validé lundi de nouvelles règles communes de l'UE concernant les substances chimiques potentiellement nocives comprises dans les encres de tatouage et de maquillage permanent.Après une période de transition de 12 mois, elles instaureront des limites maximales de substances chimiques pour les encres utilisées ou vendues dans l'UE pour être injectées dans la peau. "Les tatouages sont de plus en plus populaires en Europe", commente le commissaire Virginijus Sinkevicius, en charge de l'ambition "zéro pollution" de la Commission européenne. Or, "les substances chimiques toxiques que l'on retrouve dans les encres de tatouage peuvent, en plus d'allergies et de problèmes cutanés, entrainer d'autres effets nocifs comme le cancer". La Commission observe que si les colorants utilisés dans les mélanges restent pour la plupart proches de l'endroit tatoué, de sorte que le dessin reste visible, les ingrédients solubles du mélange se répartissent quant à eux rapidement dans le corps. Le corps tout entier est donc exposé aux risques potentiels de ces substances, sur une période prolongée. Les colorants eux-mêmes peuvent aussi réagir à l'exposition au soleil, par exemple, libérant des substances nocives. C'est l'Agence européenne des produits chimiques qui a préparé le dossier, en collaboration avec plusieurs États membres. Le nouveau règlement établit des concentrations maximales pour toute une liste de métaux (mercure, nickel, cuivre, etc.), entre autres. Certains pigments seront bannis, après une année supplémentaire de transition. (Belga)