Philippe Henry, le ministre wallon de la Mobilité, a regretté, lundi, "la frilosité" du gouvernement fédéral sur la question d'un éventuel retour du train à grande vitesse Thalys sur la dorsale wallonne. Récemment interpellé à la Chambre sur le sujet, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot avait souligné que ce retour s'accompagnerait d'une facture de 7 millions d'euros par an et avait laissé entendre que la question ne constituait pas une priorité. Philippe Henry, lui, avait au contraire assuré que la remise en service de la relation TGV sur la dorsale wallonne est l'un des enjeux importants en terme de mobilité au sud du pays. "J'ai fait part du souhait de la Wallonie de relancer le Thalys wallon au ministre Bellot le 17 décembre dernier, au cours d'un comité interministériel. Il n'a pas souhaité en débattre à ce moment-là et j'ai dès lors sollicité une rencontre bilatérale qui n'a pas encore eu lieu", a expliqué ce lundi Philippe Henry, interrogé en commission du Parlement de Wallonie par le chef de groupe du cdH, François Desquesnes. "Nous ne manquerons pas de revenir à la charge mais pour le reste, nous ne pouvons pas exercer les compétences fédérales à la place du Fédéral et nous ne pouvons que regretter sa frilosité", a conclu le ministre. (Belga)