Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a réussi coup double, dimanche, à Nice, où il a remporté la deuxième étape du Tour de France et retrouvé le maillot jaune, qu'il a porté durant une longue partie de l'édition précédente. Alaphilippe ne s'était pas encore imposé cette saison. "Je suis resté sérieux et je ne me suis pas découragé, mais la victoire me manquait", a confié le Français après la course. Alaphilippe a dédié sa victoire à son père, Jo, décédé fin juin. "C'est à lui que j'ai pensé en franchissant la ligne." "Dans la dernière montée il ne restait plus grand monde parce que mes coéquipiers ont bien travaillé", a raconté Alaphilippe. "J'avais demandé à Dries Devenyns de durcir le tempo, puis Bob Jungels a aussi fait un énorme travail. Quand j'ai attaqué, je ne me suis pas posé de questions, j'ai tout donné." Alaphilippe a été accompagné par Marc Hirschi et Adam Yates. "On a ensuite bien collaboré avec les deux autres et on a réussi à maintenir l'écart malgré le vent de face... Finalement ça l'a fait. Ce n'est pas exactement comme l'année dernière mais le maillot jaune ça reste prestigieux, mythique, c'est incroyable. Je me suis fait mal pour aller chercher cette victoire. Je n'ai pas de mots." (Belga)