S'exprimant au Congrès américain, le président démocrate Joe Biden a fait part de son souhait de voir la "guerre épuisante contre l'immigration" prendre fin, lors d'un discours marquant les 100 premiers jours de son mandat mercredi soir.Le président Biden a rappelé que l'immigration a toujours été essentielle pour l'Amérique. "Pendant plus de 30 ans, les politiciens ont parlé de la réforme de l'immigration et n'ont rien fait à ce sujet. Il est temps d'y remédier", a-t-il lancé. Il a fait mention du décret lié à l'immigration qu'il a introduit le premier jour de son mandat comme promis lors de sa campagne électorale. "Si vous pensez que nous devons sécuriser les frontières, adoptez-le car il contient beaucoup de financements pour la sécurisation high tech des frontières. Si vous êtes partisans de l'accès à la citoyenneté, adoptez-le de sorte à régulariser 11 millions de personnes sans papier, dont la majorité sont ici avec un visa expiré", a enjoint le président aux élus américains. Joe Biden n'a toutefois pas fait mention de la crise de l'asile à la frontière des Etats-Unis avec le Mexique où les arrestations de migrants ont atteint les mois passé leur plus haut niveau en quinze ans. Parmi ces personnes, se trouvent toujours plus de mineurs isolés, dont le nombre a doublé pour s'établir à 18.890 arrivées, un record historique, selon les données des services des douanes et des gardes-frontières (CPB). Ces flux migratoires avaient commencé à augmenter en 2020 mais ont clairement bondi depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden. Ils posent un défi humain, logistique et financier considérable à l'administration démocrate, qui s'est engagée à ne pas refouler les mineurs non accompagnés. L'opposition critique fortement la nouvelle administration démocrate de Joe Biden pour la gestion de la situation. (Belga)