Les autorités turques ont arrêté dimanche un député prokurde d'opposition qui refusait de quitter le Parlement depuis plusieurs jours pour protester contre le retrait de son mandat après une condamnation pour "terrorisme", a indiqué son parti.Le député Faruk Gergerlioglu "a été emmené de force alors qu'il était en pyjama et en pantoufles" par "près de 100 policiers", a déclaré le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde) dans un communiqué. Célèbre pour ses combats en faveurs des droits humains, M. Gergerlioglu a été déchu de son mandat mercredi, après la confirmation par la justice d'une condamnation à deux ans et demi de prison pour "propagande terroriste". Le député rejette ces accusations et sa destitution a été condamnée par plusieurs ONG et pays occidentaux. Pour protester contre sa destitution, M. Gergerlioglu refusait de quitter le Parlement depuis mercredi, dormant et mangeant dans une salle du bâtiment officiel. Des images de son interpellation relayées par le HDP sur Twitter montrent M. Gergerlioglu les traits tirés et en T-shirt noir. "Nous pouvions voir ce genre de scènes dans les années 1990. Malheureusement, rien n'a changé depuis", a déclaré le député lors de son interpellation, selon des propos rapportés par son parti. Plusieurs députés prokurdes ont en effet été arrêtés lors de cette "décennie noire" marquée par la flambée du conflit kurde dans le sud-est de la Turquie et une répression intense des milieux prokurdes. Le HDP, troisième plus grand parti du pays, fait lui aussi l'objet d'une implacable répression depuis 2016 avec l'arrestation de plusieurs de ses élus et de ses dirigeants, dont le charismatique Selahattin Demirtas. Le jour de la destitution de M. Gergerlioglu, les autorités turques ont réclamé l'interdiction du HDP, l'accusant d'être étroitement lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qualifié de "terroriste" pat Ankara et ses alliés occidentaux. Le plus haut tribunal du pays doit se prononcer sur ce dossier dans les prochaines semaines. (Belga)