Le parquet de Charleroi a indiqué dimanche en fin d'après-midi que la thèse d'un meurtre suivi d'un suicide est actuellement privilégiée à la suite de la découverte de deux personnes âgées sans vie au domicile familial rue de Bretagne à Anderlues. Une infirmière qui devait fournir des soins médicaux à l'épouse a découvert les deux victimes décédées par arme à feu.La zone de police Anderlues/Binche a été requise dimanche en fin de matinée rue de Bretagne à Anderlues (Hainaut). Deux personnes âgées ont été découvertes sans vie à l'intérieur d'une habitation. "Il s'agit d'un couple de personnes âgées qui a été touché par une arme à feu", a précisé le parquet de Charleroi. Les corps sans vie des victimes ont été découverts par une infirmière, qui s'était rendue sur place pour fournir des soins médicaux à l'épouse. "Cette dernière est handicapée et alitée. Elle recevait, tous les jours, la visite d'une infirmière." Le labo, le médecin légiste, le parquet de Charleroi et un juge d'instruction se sont rendus sur les lieux. Selon les premières constatations, la thèse d'un meurtre suivi d'un suicide est privilégiée. "Il semblerait que le mari a tué son épouse avant de mettre fin à ses jours." Ce dernier était lui aussi atteint de problèmes de santé. Le parquet de Charleroi a confirmé l'ouverture d'une enquête pour confirmer la thèse. "Il y aura plusieurs vérifications qui vont être menées. Aucune lettre n'a été découverte sur place." (Belga)