La République centrafricaine a remis dimanche le chef présumé d'une milice à la Cour pénale internationale, où il doit répondre d'accusations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, a indiqué le tribunal.Mahamat Said Abdel Kani, un commandant présumé de la coalition rebelle à dominante musulmane Séléka, responsable de nombreuses violences dans le pays en 2013, "a été remis" par les autorités de Bangui à la garde de la Cour, a indiqué la CPI dans un communiqué. (Belga)