Un individu, compagnon de la maman d'une fillette de 22 mois retrouvée morte mardi à Frameries, a été placé sous mandat d'arrêt pour meurtre.Un individu de 28 ans, originaire de Bruxelles et connu de la justice, a été placé mercredi sous mandat d'arrêt pour le meurtre d'une fillette de 22 mois, prénommée Néva, à Frameries. Le principal suspect est le compagnon de la maman de la victime qui est pour l'heure hospitalisée. La fillette a été retrouvée morte mardi dans la matinée dans une habitation à Frameries. Une hémorragie cérébrale a causé la mort de l'enfant. Le parquet de Mons avait indiqué mercredi qu'une autopsie, pratiquée mardi dans la soirée, avait révélé de nombreuses traces de coups sur le corps de la fillette et plus particulièrement au niveau de la tête. Une hémorragie cérébrale est à l'origine du décès. Le parquet de Mons a précisé jeudi que la mère du père biologique de la fillette avait alerté les autorités en avril dernier, notamment quant au comportement violent du compagnon de la maman, principal suspect dans le dossier. "Le parquet a été avisé par la police en avril 2020 des difficultés de la situation familiale", indique le porte-parole du parquet, précisant que le Service d'Aide à la Jeunesse (SAJ) de Mons "a été saisi des faits et est en charge du dossier depuis lors. Le Ministère public a traité le dossier avec la diligence requise et dans les limites des pouvoirs qui lui sont attribués." Le parquet a rappelé que le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 18 janvier 2018 qui organise l'aide et la protection de la jeunesse "a privé les autorités judiciaires de tous les moyens d'action tant que le SAJ, autorité administrative, n'a pas décidé de clôturer son intervention." Le SAJ de Mons a réagi dans un communiqué relayé en indiquant que "dès lors que des services de première ligne avaient pris les relais nécessaires et que la situation ne présentait pas d'éléments de danger pour l'enfant, le dossier a été clôturé. Le parquet en a été informé le 13 juillet 2020", peut-on lire dans le communiqué qui précise que "le SAJ n'était donc plus en charge de la situation de Néva. Aucun nouveau signalement n'a été communiqué au SAJ, ni par le Parquet, ni par le famille, ni par aucun autre iuntervenant, depuis cette date". (Belga)