Le traditionnel pic du lundi matin sur les routes belges s'est révélé extrêmement calme, cette semaine, ont constaté les organismes de mobilité du pays. De nombreux travailleurs ont laissé la voiture au garage en raison de l'épidémie de coronavirus. L'opérateur Touring Mobilis faisait état de trois minutes de retard sur le trajet Liège-Bruxelles (cinq minutes en sens inverse); 16 minutes de retard sur Charleroi-Bruxelles (11 minutes dans l'autre sens); et 19 minutes de retard pour Namur-Bruxelles. En tout, il y avait 40 kilomètres de files sur le territoire pendant l'heure de pointe. À cette période de l'année, les embouteillages dépassent généralement 155 kilomètres de files combinées, a indiqué le porte-parole de l'institut de mobilité flamand (Vlaams Verkeerscentrum). Le pic du matin a aussi eu lieu un peu plus tôt dans la matinée, soit entre 07h30 et 08h00. Par ailleurs, la SNCB a mis en place à partir de ce lundi un service de trains limité au vu de la demande en baisse pendant le confinement qu'a demandé le gouvernement fédéral. 90 trains P ont été supprimés vers Bruxelles, mais toutes les lignes continuent à être desservies. Bruxelles Mobilité a indiqué que le tram 51 avait été remplacé par un bus en raison d'un affaissement de la voirie entre les arrêts Altitude Cent et Globe. La chaussée d'Alsemberg à Uccle a été fermée entre l'avenue de Messidor et l'avenue de Floréal. Dans les bus TEC, mais aussi ceux de la Stib et de De Lijn, la vente de ticket à bord n'est plus autorisée afin de protéger les chauffeurs. Les autorités ont appelé les travailleurs en fin de semaine dernière à rester chez eux pour ralentir la propagation du virus Covid-19. De nombreuses entreprises appliquent dès lors le télétravail le plus possible. (Belga)