L'ambassadeur allemand Martin Kotthaus et la directrice du Goethe-Institut en Belgique, Elke Kaschl Moni, ont inauguré samedi sur la Grand-Place de Bruxelles un mur artistique, appelé à disparaître, afin de commémorer le 30e anniversaire de la réunification allemande. L'installation est composée de dizaines de petits blocs de bois sur lesquels est inscrite une citation empruntée à une autrice, un écrivain ou un personnage public. À l'occasion de la présidence allemande du Conseil de l'Union européenne, d'août à novembre 2020, le Goethe-Institut a placé des oeuvres similaires dans 10 villes européennes. Elles permettent non seulement de rendre visibles et tangibles la multiplicité des idées européennes, mais illustrent également comment abolir les frontières symboliques. Chaque visiteur est ainsi invité à emporter un bloc. In fine, ne restera du mur qu'une grille transparente en plexiglas, la structure qui accueillait les citations. Ce mur à déconstruire constitue l'un des trois événements programmés samedi à Bruxelles pour fêter les 30 ans de la réconciliation allemande et de la chute du Mur de Berlin. Le Manneken-Pis a également revêtu un nouveau costume en noir rouge et or, les couleurs de l'Allemagne, tandis que la façade de l'Hôtel de Ville s'illuminera à 19h30 grâce au mapping intitulé "A united Germany in a strong and united Europe" ("Une Allemagne unie au sein d'une Europe forte et unie"). "La chute du Mur de Berlin, la fin des dictatures en Europe de l'Est et l'élargissement de l'Union européenne n'ont pas été décidées par de grandes commissions", souligne l'ambassadeur Martin Kotthaus. "Trente ans plus tard, l'Europe n'a jamais été aussi pacifique, sûre et sociale qu'aujourd'hui, malgré toutes les crises". (Belga)