Le comité de concertation se réunira ce vendredi à 14h. La réunion se tiendra en visioconférence. Il est donc peu probable qu'elle soit suivie d'une conférence de presse. Peu de changements sont attendus.La dernière réunion du gouvernement fédéral et des entités fédérées remonte au 30 décembre quand des mesures ont été prises en dernière minute pour encadrer un peu plus les retours de vacances. Depuis lors, si les chiffres des contaminations et des admissions à l'hôpital continuent de baisser, il semble trop tôt pour envisager des assouplissements, et ce d'autant plus que certains pays d'Europe ont à nouveau renforcé leurs mesures. Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), a d'ailleurs indiqué en début de semaine qu'il ne faudrait pas attendre d'assouplissement dans l'immédiat. Les secteurs concernés par la fermeture de leur activité sont toutefois montés au créneau cette semaine pour réclamer une réouverture, ou à tout le moins que leur situation soit discutée vendredi, notamment les professions de contact (coiffeurs, salons de beauté, etc.) Ils ont trouvé un écho auprès du ministre des Indépendants, David Clarinval (MR), qui souhaite qu'une perspective puisse être donnée à ces professions. La réunion de vendredi sera consacrée à l'analyse de la situation sanitaire sur la base des avis des experts. L'autre grand sujet sera la campagne de vaccination, le dépistage et le suivi des mesures de quarantaine. La task force vaccination devait ajuster jeudi sa stratégie en tenant compte de l'avance prise par Pfizer dans les livraisons de vaccins et de la possibilité de recevoir des vaccins supplémentaires. Mercredi, l'Agence européenne des médicaments a donné son feu vert au vaccin conçu par la société Moderna. La Belgique a commandé deux millions de doses mais celles-ci n'arriveront pas aussi vite que celles de Pfizer, a déjà prévenu jeudi M. Vandenbroucke. D'ici la fin du mois, les résidents des maisons de repos et une partie de leur personnel aura été vacciné, ont indiqué mercredi les différents ministres de la Santé. La hiérarchisation des groupes-cibles reste en revanche la même. Dans le monde médical, des voix se sont pourtant élevées pour réclamer de commencer par les soignants de première ligne (notamment les infirmiers des soins intensifs). L'ajustement de la stratégie est présenté à 11h30 en commission de la Santé de la Chambre. (Belga)