A la veille de la Journée mondiale de l'égalité des chances, l'office de l'emploi bruxellois Actiris a lancé mercredi après-midi le service "Actiris Inclusive" ainsi qu'un numéro vert dédié à la discrimination à l'embauche. Le but: encourager les signalements et mieux informer les victimes de discrimination.Avec son nouveau service anti-discrimination, Actiris veut encourager les victimes à signaler la discrimination à l'embauche dont elles font l'objet. Un numéro gratuit - 0800/35.089 - est désormais joignable du lundi au vendredi de 09h00 à 16h30 et un formulaire de signalement est disponible en ligne sur le site de l'office régional de l'emploi. Des permanences sont en outre organisées à la tour Astro en semaine et en matinée. Un rendez-vous peut être pris en dehors de ces heures. Le service "Actiris Inclusive" s'est donné pour mission d'informer les chercheurs d'emploi sur la discrimination à l'embauche, de les orienter et de les aider à trouver une solution sur mesure. Il pourra ainsi les aider à compléter un dossier pour constituer une plainte auprès d'Unia, le centre interfédéral pour l'égalité des chances, ou auprès de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes. Il vise également à sensibiliser les professionnels de l'emploi et de la formation ainsi que la société civile. Il formulera de plus des recommandations aux décideurs. "Notre message, c'est de dire: si vous êtes touché par la discrimination à l'embauche, signalez-le", défend Grégor Chapelle, directeur général d'Actiris. "C'est le début de la solution! Pour vous d'abord, car Actiris Inclusive, service anti-discrimination, vous aidera dans vos démarches, vous accompagnera et vous orientera pour trouver un travail. Et puis c'est une manière aussi d'éviter que cela arrive à d'autres chercheurs d'emploi. En signalant les discriminations, vous participez à la lutte contre le phénomène." Actiris estime que le phénomène est sous-rapporté. Une étude récente de l'Observatoire bruxellois de l'emploi et de la formation view.brussels montre que les inégalités à l'embauche selon l'origine sont massives et structurelles. Le taux de chômage des personnes d'origine maghrébine et des afro-descendants est trois à quatre fois plus élevé que celui des belgo-belges. Si l'origine est le premier critère discriminant dans le domaine de l'emploi, le sexe, l'âge, le handicap ou l'état de santé entrent aussi en compte. En 2018, Unia a reçu 1.629 signalements à propos du travail et emploi, soit une hausse de 63% en 5 ans. Le service a été lancé en présence du ministre bruxellois de l'Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt et de la secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de l'Egalité des chances Nawal Ben Hamou. (Belga)