Bruxelles Formation, Actiris, Evoliris et Fujitsu, fournisseur de services informatiques, ont collaboré pour organiser la première formation en cybersécurité pour une dizaine de chercheurs d'emploi bruxellois, ont-ils annoncé mardi en conférence de presse. Après un an, douze apprenants ont reçu leur diplôme. Les quatre organisations ont mis l'accent sur la formation des candidats en fonction de leur potentiel plutôt que de leurs qualifications. Au total, 140 candidatures ont été reçues, 49 ont été jugées recevables et douze apprenants ont finalement été sélectionnés pour suivre la formation. Un an plus tard, onze des douze étudiants ont trouvé un emploi, principalement chez Fujitsu ou l'un de ses partenaires. "Le secteur souffre fortement de la pénurie des compétences", explique Michael Vervecken, de Fujitsu Belgique. "Au lieu d'attendre une solution, Fujitsu a pris les devants. Il y a eu quelques doutes au sein de l'entreprise au début, mais nous voyons maintenant les avantages de soutenir et former les gens. Nous sommes très satisfaits du résultat et nous envisageons d'organiser une formation similaire en 2020." Inès, l'une des participantes, a étudié et travaillé en Espagne avant de venir en Belgique où, après quelques années, elle a décidé d'élever ses enfants, se retirant pendant près de 13 ans du marché du travail. "Rechercher un emploi n'était pas facile. Les entreprises me demandaient ce que j'avais fait pendant ces années. J'ai vu finalement l'annonce de la formation dans le métro et je me suis inscrite. C'était très complet, on a appris les principes de la cybersécurité, comment pirater un site, découvrir le système d'exploitation Linux, etc. Ça n'a pas été facile parce que j'ai dû sacrifier une partie de ma vie et mes week-ends pendant des mois mais si j'ai pu le faire, tout le monde peut." Au terme de la formation, Inès a décroché un stage de six mois qui sera prolongé d'un contrat de travail de la même durée. Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l'Emploi, de la Formation professionnelle et de la Transition numérique a salué la richesse de cette collaboration. "Ma priorité est de permettre à toujours plus de Bruxellois d'accéder à l'emploi. Pour ce faire, travailler avec le secteur privé est essentiel. Ce n'est pas la première fois que les services publics bruxellois de l'emploi et de la formation travaillent avec une entreprise. Et comme à chaque fois, les résultats sont impressionnants." Grégor Chapelle, directeur général d'Actiris et Olivia P'tito, son homologue à Bruxelles Formation soulignaient, eux aussi, les atouts d'un tel enseignement. "Le gros avantage est que les résultats sont obtenus plus rapidement pour l'employeur et le chercheur d'emploi. Notre objectif reste de proposer des solutions sur mesure qui répondent aux besoins des Bruxellois." (Belga)