Les socialistes flamands veulent voir les choses s'accélérer au fédéral. "Si ce n'est pas le cas, nous ne répondrons plus aux invitations des pré-formateurs", avertit samedi dans les colonnes de Het Belang van Limburg la cheffe de groupe à la Chambre et négociatrice du sp.a, Meryame Kitir. Le Roi a chargé mardi Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) d'une mission de pré-formation, en relais de celle d'information accomplie par Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a). "L'urgence est grande, le pays fait face à des défis importants. Nous sommes en affaires courantes depuis janvier et beaucoup de choses sont à l'arrêt. Si ce sentiment d'urgence n'est pas présent, nous ne répondrons plus aux sollicitations des pré-formateurs. Nous ne participerons plus à quatre ou cinq mois d'immobilisme", avertit Mme Kitir. Six partis demeurent actuellement autour de la table pour la formation d'un gouvernement: N-VA, PS, MR, CD&V, Open Vld et sp.a. Mathématiquement, l'un d'eux est superflu. (Belga)