L'organisme public de protection sociale Iriscare a envoyé jeudi une circulaire aux maisons de repos de la Région bruxelloise pour les préparer à une éventuelle deuxième vague de la pandémie de covid-19, a annoncé jeudi le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, sur les ondes de Bel-RTL. D'ici le 31 juillet, les maisons de repos devront mettre en place d'un plan d'action succinct. Il leur incombe notamment de constituer une cellule de gestion de crise prête à réagir en cas de rebond de l'épidémie et d'opérationnaliser une série de procédures si la maladie se répandait dans l'établissement. Différents stades sont prévus, qui vont de la détection d'un cas à celle d'un cluster (foyer, si deux cas positifs sont détectés en moins d'une semaine) et de l'aggravation d'un cluster qui mènera à la fermeture de l'établissement aux visiteurs extérieurs. Les maisons de repos devront prévoir la possibilité d'isoler des malades, éventuellement de les regrouper, constituer un stock adéquat d'équipement et de matériel, etc. Elles seront par ailleurs tenues d'établir une collaboration avec un hôpital de proximité et un laboratoire afin de procéder aux tests. Chaque maison de repos devra également établir un contrat de fourniture d'oxyconcentrateur (concentrateur d'oxygène destiné aux personnes en insuffisance respiratoire) qui permettra la fourniture d'un appareil dans les 4 heures suivant la demande. La circulaire vise également la formation du personnel. D'ici le 15 septembre, des référents covid-19 seront formés par Iriscare dans chaque maison de repos qui devra quant à elle prévoir un programme de formation à l'attention de tout le personnel. Iriscare a prévu de son côté de constituer un stock stratégique rotatif de 3 mois ainsi que la mise sur pied d'une centrale d'achat. Un numéro unique pourra être activé en cas de crise et deviendra l'entrée unique des maisons de repos. (Belga)