Le sénateur André Antoine (cdH) a regretté vendredi la tournure qu'a pris la séance plénière du Sénat qui a essuyé tour à tour un discours d'extrême droite virulent d'un élu du Vlaams Belang et le rejet juste après de la candidature de Zakia Khattabi (Ecolo) à la Cour constitutionnelle. Le sénateur Klaas Slootmans (VB) a exprimé sa vive opposition à la demande d'établissement d'un rapport d'information sur le plan interfédéral de lutte contre le racisme, en souffrance depuis 2001. Son discours anti-immigration a choqué bon nombre d'élus qui ont exprimé leur indignation. Hasard du calendrier, le Sénat devait se prononcer dans la foulée sur la candidature de Mme Khattabi, combattue par le même Vlaams Belang mais aussi par la N-VA et depuis le milieu de matinée par le MR. Au contraire des nationalistes flamands, les libéraux ont précisé qu'ils ne visaient nullement la personne mais le choix d'Ecolo de présenter une candidate déjà rejetée au mois de janvier. "Je regrette que l'on n'ait pas pu élire Zakia Khattabi après le discours que nous avons entendu. Rien que cela justifiait que nous la défendions. Tous les démocrates auraient dû s'unir. C'est une journée noire", a souligné M. Antoine. L'attitude du MR vis-à-vis de la candidate d'Ecolo reflète à ses yeux "la mésentente entre les partenaires dans les gouvernements régionaux et communautaires". "Il y a de sordides règlements de comptes entre les uns et les autres", a-t-il affirmé. (Belga)