Un diagnostic principal sur quatre au début de l'incapacité de travail concerne un trouble psychosocial, ressort-il jeudi d'une enquête menée auprès de 60.000 affiliés des Mutualités Libres. Les chiffres révèlent également que ce sont principalement les femmes employées et les jeunes travailleurs qui se retrouvent en incapacité de travail pour cause de burn-out, de dépression ou de troubles anxieux.L'étude montre qu'un diagnostic principal sur quatre (24,8%) lors de l'entrée en incapacité de travail concerne un trouble psychosocial. Ce type d'affection mentale touche principalement les employés, chez qui il représente environ un tiers du nombre total de diagnostics au début de l'incapacité de travail, selon l'organisme assureur. Les femmes sont doublement touchées par les troubles psychosociaux. Pas moins de 30% des femmes reçoivent le diagnostic d'un trouble psychosocial au début de leur incapacité de travail, contre 19% chez les hommes. "Les jeunes travailleurs, âgés de 20 à 40 ans, semblent davantage se retrouver en incapacité de travail pour cause de burn-out que leurs collègues plus âgés." Toutefois, ils reprennent plus rapidement le travail après une période d'incapacité due à un trouble psychosocial. Les Mutualités Libres soulignent qu'investir dans de bonnes conditions de travail et dans le bien-être des travailleurs est indispensable pour prévenir l'incapacité de travail. (Belga)