Une quarantaine de personnes ont manifesté jeudi en fin de journée, entre 17h00 et 19h00, sur la petite rue de la Loi à Bruxelles, pour faire sonner un réveil climatique en marge du sommet européen qui se tient à Bruxelles ces jeudi et vendredi.Les participants étaient issus du mouvement Rise for Climate, ainsi que d'autres organisations et collectifs comme CAN Europe (Climate Action Network) et Extinction Rebellion ou encore l'eurodéputé socialiste français Pierre Larrouturou et Mathieu Verhaegen, président de la CGSP Bruxelles. Ils ont disposé des petites tours Eiffel en guise de symbole pour les cinq ans de l'accord de Paris. "Celui qui prendra la main au 1er janvier après Angela Merkel c'est le Premier ministre portugais António Costa, qui a toujours été favorable à une taxe sur les transactions financières", a relevé en signe d'espoir Pierre Larrouturou. "Il va présider l'Europe pendant six mois et il a déjà annoncé qu'il y aurait deux grandes conférences sur le climat et une grande conférence sur le modèle social dans le monde post-Covid". Les manifestants ont chanté la chanson "On veut une taxe" pour appeler à une taxe sur les transactions financières afin de financer les ambitions climatiques, la santé et l'emploi. "Cet accord de 55% de réduction des gaz à effets de serre d'ici 2030 est un pas positif mais il faut aller un peu plus loin pour atteindre les 65% recommandés par les Nations unies pour l'Europe", défend Kim Lê Quang, porte-parole de Rise for Climate. "On veut aussi des moyens à la hauteur des ambitions et c'est pour cela qu'on demande cette taxe sur les transactions financières. Il faut de plus développer de la cohérence dans les politiques européennes. On a des problèmes avec la PAC (Politique Agricole Commune), mais la banque centrale européenne finance encore in fine de gros pollueurs, via ses prêts à des banques privées, et il faut donc introduire plus de conditions pour se désengager des énergies fossiles." Les manifestants ont fait sonner un réveil climatique. Il avait déjà sonné le 11 octobre devant le Parlement européen et le 15 octobre en marge d'un conseil européen où s'est discuté la question de la réduction des émissions de gaz à effets de serre. (Belga)