La ville californienne d'Oakland va prochainement lancer un programme pilote de revenu garanti à destination des familles pauvres ciblant ses habitants noirs et amérindiens, ont annoncé les autorités.Dans le cadre de ce programme inspiré par des expériences de "revenu universel" déjà menées aux Etats-Unis, quelque 600 familles d'Oakland pourront recevoir un chèque mensuel de 500 dollars pendant au moins 18 mois, sans aucune condition, a précisé la maire de la ville, Libby Schaaf. Ce revenu de base garanti sera réservé aux foyers les plus pauvres ayant au moins un enfant à charge mais surtout "aux familles de couleur", a expliqué la maire. "Nous nous concentrons sur les gens de couleur parce qu'il y a un grand écart de richesses à Oakland en fonction de la race. Les revenus (médians) des Blancs y sont trois fois plus élevés que les revenus médians des Noirs. Et au niveau national, la différence en termes de patrimoine est de un pour dix", a rappelé mercredi l'élue démocrate dans une interview à la chaîne CBS. Le programme sera aussi ouvert aux familles sans domicile fixe et sans-papiers. Une fois satisfaits les critères, l'attribution de cette allocation se fera par tirage au sort. Les bénéficiaires pourront dépenser la somme - non imposable - comme ils l'entendront, sans aucune condition et aucun contrôle, insistent les porteurs du projet, financé exclusivement par des dons. "Nous savons que la pauvreté est complexe mais il s'agit d'une solution simple, et nous pensons qu'il est temps que cela devienne une politique au niveau fédéral", a plaidé Libby Schaaf, citant en exemple les résultats d'une expérience similaire menée à Stockton, dans le nord de la Californie. Pendant deux ans, 125 habitants de quartiers défavorisés de Stockton ont reçu 500 dollars par mois, pour déterminer si un tel revenu garanti peut permettre de sortir de la pauvreté, ou plus simplement de pallier les nombreuses lacunes des systèmes de protection sociale. D'après le bilan présenté début mars par le maire de Stockton, Michael Tubbs, l'expérience est un succès. Le chèque a non seulement permis de réduire l'insécurité financière des bénéficiaires mais il s'est aussi accompagné d'une augmentation de leur taux d'emploi de 12% tout en réduisant leur niveau d'anxiété et de dépression. L'étude montre que l'allocation a été essentiellement consacrée aux besoins de base, comme l'alimentation, le gaz ou l'électricité et les dépenses automobiles, avec moins de 1% consacré à l'achat de tabac et/ou d'alcool. "La pauvreté n'est pas un échec personnel, c'est un échec politique", a conclu Libby Schaaf, qui fait partie d'un réseau d'une quarantaine de maires américains favorables à l'instauration d'un "revenu garanti". (Belga)