La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est dite "surprise" mercredi d'avoir été installée en retrait des présidents turc Recep Tayyip Erdogan et du Conseil européen Charles Michel lors d'une entrevue mardi à Ankara, ce que nombre d'observateurs ont vu comme un affront.Lors de cette visite, Mme Von der Leyen a été installée sur un sofa à distance des deux présidents assis quant à eux dans des fauteuils côte à côte. Au-delà de la surprise qu'elle a d'ailleurs affichée dans son expression, l'Allemande "a préféré donner la priorité à la substance plutôt qu'à des questions de protocole ou de forme, et c'est certainement ce que les citoyens de l'UE auraient attendu d'elle", a commenté le porte-parole de la Commission, Eric Mamer, lors du point presse quotidien de l'exécutif. Ce dernier a souligné que le rang protocolaire de la présidente Von der Leyen était "exactement le même" que celui du président Michel. L'Allemande est d'ailleurs membre à part entière du Conseil européen et lorsqu'elle se rend en visite officielle à l'étranger, "elle est traitée exactement de la même manière que le serait le président du Conseil européen". La visite des deux dirigeants de l'UE à Ankara a été préparée notamment avec la délégation de l'Union à Ankara, mais le service protocolaire de la Commission ne participait pas au déplacement en raison des restrictions sanitaires, selon le porte-parole. Mme Von der Leyen a demandé à son équipe de "prendre les contacts nécessaires" pour obtenir des éclaircissements et s'assurer qu'un tel incident ne se reproduise plus. (Belga)