L'opposition vénézuélienne a accusé le gouvernement du président Nicolas Maduro de vendre illégalement de l'or issu des réserves du pays pour contourner les sanctions internationales et obtenir des liquidités.Ces accusations ont été lancées mercredi par Julio Borges, un représentant du chef de file de l'opposition Juan Guaido, reconnu par une cinquantaine de pays comme président vénézuélien par intérim. M. Borges s'est rendu récemment à Washington pour dévoiler les conclusions d'une enquête portant sur la vente par Caracas de 300 tonnes d'or depuis 2014, avec l'implication présumée de la Russie, du Mali et des Emirats arabes unis. Selon l'opposant, qui a donné une conférence de presse virtuelle depuis les Etats-Unis, les Emirats arabes unis sont "le centre nerveux" de ce trafic et Nicolas Maduro a obtenu "un peu plus d'un milliard d'euros" en 2020 grâce à ces ventes illégales. "D'importantes quantités de liquidités ont quitté les Emirats arabes unis en direction du Venezuela pour être échangées contre de l'or vénézuélien", a précisé M. Borges, qui a présenté les conclusions de l'enquête mardi devant le Trésor américain et mercredi devant la commission des Relations extérieures du Sénat. "Cet argent arrive au Venezuela sans aucun contrôle", a-t-il accusé. Sollicité par l'AFP, le gouvernement vénézuélien n'a pas donné suite. Le Venezuela, dont les réserves d'or à la Banque centrale ont chuté de 275 tonnes depuis 2014 pour s'établir en décembre 2020 à 85,7 tonnes, a d'énormes difficultés à accéder à des liquidités en raison de l'effondrement des cours et de la production de pétrole, exacerbé par les sanctions économiques américaines. Le gouvernement tente également de récupérer 30 tonnes d'or stockées à la Banque d'Angleterre, mais l'accès lui est refusé, Londres reconnaissant Juan Guaido comme président par intérim. Julio Borges, qui assure détenir des "documents, photos et vidéos" à l'appui de ses accusations, affirme que les lingots sont envoyés depuis le Venezuela dans un avion russe à destination d'une raffinerie au Mali "afin qu'il n'y ait pas de trace indiquant qu'il s'agit d'or vénézuélien". "Une fois qu'il est fondu, il est chargé dans un autre avion en provenance des Emirats arabes unis (...) les liquidités en échange (...) sont chargées à bord de l'avion russe" qui "s'en retourne au Venezuela", explique l'opposant. Selon Julio Borges, qui a indiqué que l'enquête avait débuté grâce à une information fournie par un responsable militaire, la Libye et la Suisse sont aussi des destinations de l'or vénézuélien et deux Français travaillant pour la société financière émirati Noor Capital sont impliqués dans ces échanges. L'opposant a exhorté Washington à enquêter sur le sujet. (Belga)