La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, veut recruter des profils spécialisés à la police, en plus du recrutement général de policiers, a-t-elle expliqué mardi dans son exposé d'orientation politique en commission de la Chambre. Ce recrutement parallèle vise à mieux armer la police contre la criminalité organisée.Le gouvernement De Croo a prévu de recruter chaque année 1.600 policiers supplémentaires. La ministre CD&V souhaite réformer et accélérer la procédure de sélection, notamment en impliquant davantage la police locale et la police fédérale de manière à pouvoir déployer les recrues plus rapidement sur le terrain. Elle veut aussi donner plus de place aux attitudes et aux valeurs que doit observer la police et examinera comment il est possible d'assurer une plus grande diversité dans les effectifs afin qu'ils soient un meilleur reflet de la société. À côté de ce recrutement général, la police doit aussi disposer de compétences particulières. La ministre souhaite attirer des personnes aux profils spécialisés, par exemple en matière financière ou électronique. Elle n'exclut pas de passer par de la consultance. Une enquête de satisfaction devrait par ailleurs être lancée à propos de la police de proximité. Dans ce cadre, des initiatives seront prises pour rendre plus attractive la fonction d'inspecteur de quartier et envisagées pour impliquer des non-professionnels afin d'accomplir des tâches non policières. La participation des citoyens sera également encouragée. Non pour reprendre des missions des policiers ou leur permettre la consultation de banques de données mais pour utiliser leur connaissance et leur disposition à s'engager dans la surveillance de quartier, dans le cadre de recherches par le biais d'une application numérique, dans la médiation afin d'éviter l'escalade de conflits ou encore en contribuant au développement d'une stratégie policière par le classement par ordre de priorité certains problèmes. D'ici la fin de la législature, un comité d'experts élaborera un nouveau modèle de financement et d'échelle des zones de police. Le but n'est pas de casser la police de proximité mais de rechercher une plus grande efficacité, a assuré la ministre. Le gouvernement a l'intention d'utiliser davantage une approche administrative rigoureuse face à certains phénomènes comme le blanchiment de gains issus de la criminalité par le biais de magasins de nuit, agences de pari, bars, clubs de sport, car-washes, etc., ce qui impliquera une complémentarité entre les autorités judiciaires, financières, administratives et de droit social. Un cadre légal sera élaboré. Face aux troubles qui sont constatés dans certains lieux touristiques et récréatifs, la ministre entend rendre plus efficace, en collaboration avec les bourgmestres, les interdictions de lieu qui peuvent être prononcées à l'égard de certaines personnes. (Belga)