"Il ne faut pas prendre à la légère la diffusion de mots ou d'images qui, d'une manière ou d'une autre, banalisent - voire prônent - (des) actes de violence" contre la police, a déclaré mercredi la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, en commission de la Chambre en réponse à une question du député Michel De Maegd (MR).Dans un carnet de détente publié au mois d'août, l'organisation de jeunesse Ecolo J proposait aux lecteurs un jeu sous forme de labyrinthe dont l'issue était une augmentation salariale. Seul moyen d'éviter patrons et policiers: les assommer avec une pancarte. L'humour des jeunes écologistes a suscité la controverse alors que des faits de violence contre les policiers occupaient le devant de la scène. "Dans le contexte actuel où les agressions envers les forces de l'ordre se multiplient, cela n'est, à mes yeux, pas acceptable", a souligné le député MR. La ministre n'a pas cité Ecolo J dans sa réponse. Elle estime toutefois que les services de police et de secours doivent "bénéficier du respect et de la reconnaissance de tout un chacun pour l'exécution au quotidien de leur travail au service de la société". "Toute banalisation de la violence à l'égard des policiers est inadmissible, car le respect pour les policiers et pour les autres services de sécurité doit toujours être absolu", a-t-elle ajouté, précisant que "l'incitation à la violence peut aussi être constitutive d'une infraction pénale". (Belga)