La Ville de Liège a présenté à l'examen du conseil communal son budget 2021 ce lundi 21 décembre. Un budget qu'elle décrit comme réaliste, flexible et à l'équilibre entre les dépenses et les recettes (500,4 millions d'euros) mais qui a été relativement mal accueilli par les différents partis d'opposition.Pour équilibrer le budget, le collège a été forcé de passer en revue l'ensemble des postes budgétaires. Le travail sur les dépenses et recettes ordinaires n'a toutefois pas suffi à atteindre un équilibre structurel, compte tenu des coûts inhérents à la crise sanitaire mais aussi à l'augmentation continue des charges de pension. C'est pourquoi la Ville a dû avoir recours à diverses nouvelles recettes: un crédit spécial de 4,7 millions, un emprunt-pension de 48,9 millions d'euros et une recette exceptionnelle de 7,3 millions d'autres partenaires publics. Le point noir de ce budget réside dans la dette. Les dépenses de celle-ci sont en effet en progression de 2,6 millions d'euros, conséquence des emprunts successifs pour payer les cotisations de responsabilisation. Une augmentation jugée inquiétante par la Ville et qu'il est "urgent de faire cesser". Parmi les éléments de recettes qui ont rendu l'exercice difficile, il faut noter la baisse de 1,5 million d'euros des dividendes. Ceux-ci ne s'élèvent plus qu'à 4,2 millions d'euros alors qu'ils s'élevaient à 17 millions en 2006. La voie qu'a prise la majorité PS-MR n'a pas convaincu les différents partis d'opposition. Le PTB reproche les 660.000 euros que la Ville va chercher "dans les poches des Liégeois via l'augmentation de la taxe poubelles, meilleur exemple de taxation anti-sociale". Vert Ardent estime qu'il s'agit d'un budget avec une épée de Damoclès. Le cdH pointe un "équilibre de façade, un budget du passé, incomplet, incohérent et qui voile la réalité". Pour Vega, cette situation budgétaire est intenable, "il manque 50 millions d'euros". Plusieurs protagonistes ont aussi pointé du doigt cette recette exceptionnelle de 7,3 millions d'euros provenant de partenaires "dont on ne nous dit rien" et le rapport négatif du directeur financier. Pour le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, ces difficultés financières "causées par la crise sanitaire et l'exposition des dépenses de pension ne sont pas propres à Liège mais touchent également les autres villes du pays. C'est pourquoi un refinancement des villes est urgent et nécessaire pour assurer la survie de ces territoires qui accueillent des centaines de milliers d'emplois." Dans ce budget, notons les 2.899 équivalents temps-plein du personnel communal qui sont maintenus, malgré l'augmentation des dépenses du personnel de +1,5% et l'engagement de six assistants sociaux supplémentaires. Au niveau des commerces et de l'Horeca, la suppression de taxes pour les indépendants qui est reconduite. Au niveau culturel, le budget pour l'opération de soutien "Place aux artistes" qui est lui aussi reconduit en 2021. Enfin, la ville va doubler ses subsides aux clubs (185.000 euros). En ce qui concerne le budget extraordinaire, 79 millions d'euros seront investis dont 3,2 millions consacrés au logement, 350.000 euros pour un important parking vélo sécurisé en ville ou encore 100.000 euros pour l'étude du téléphérique vers la Citadelle. Il n'y aura pas de nouvelles taxes l'année prochaine. (Belga)