Wall Street a terminé proche de l'équilibre lundi, chutant en début de séance avant de refaire une partie de ses pertes, dans un marché inquiet de la mutation du Covid-19, repérée notamment en Grande-Bretagne, mais optimiste sur le plan de relance américain.L'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average, est monté de 0,12% à 30.216,45 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a abandonné 0,10% à 12.742,52 points et l'indice élargi S&P 500 a perdu 0,39% à 3.694,92 points. Les indices ont d'abord piqué du nez dans la matinée, réagissant aux informations sur une nouvelle souche du coronavirus ayant conduit le Royaume-Uni à imposer de nouvelles mesures de confinement et isolant le pays du reste du monde. "Cela a donné une bonne raison aux acteurs du marché pour engranger quelques profits, d'autant que plusieurs contrats sont arrivés à expiration" vendredi, indique Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. Mais en cours de séance, l'autorisation par l'Union européenne du vaccin développé par Pfizer et BioNTech a redonné du baume au coeur aux investisseurs, qui espèrent que le début imminent de la campagne de vaccination aidera au redémarrage de l'économie du continent. Le marché s'est également montré confiant dans le vote ce lundi aux Etats-Unis d'une enveloppe budgétaire de 900 milliards de dollars après un accord trouvé dimanche soir au Congrès américain entre les républicains et les démocrates sur des mesures de soutien à l'économie. Ce nouveau paquet d'aides prévoit notamment des chèques de 600 dollars par adulte et par enfant pour les familles américaines fragilisées par la pandémie. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a affirmé lundi matin que ces chèques seraient envoyés dès le début de la semaine prochaine. "Plus nous nous approchons de Noël, plus les investisseurs devraient rester sur la touche", anticipe M. Cardillo, alors que la séance de jeudi sera raccourcie et que la Bourse new-yorkaise restera fermée vendredi. Au rang des valeurs, les grandes compagnies aériennes américaines ont fini dans le rouge, lestées par la suspension de très nombreux vols en provenance du Royaume-Uni: American Airlines, Delta et United Airlines ont reculé de 1,5% à 2,5%. Tesla a officiellement rejoint avant l'ouverture de la Bourse le prestigieux S&P 500, où le constructeur de véhicules haut de gamme possède déjà la sixième plus grosse capitalisation derrière Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet (la maison mère de Google) et Facebook. Le titre de Tesla a reculé de 6,49%. La biotech américaine Agios a décollé (+28,33%) après l'annonce du rachat de sa division oncologie par le groupe pharmaceutique français Servier pour un montant initial de 1,8 milliard de dollars. Membre du Dow Jones, Nike a gagné 4,91%, profitant de la publication vendredi soir de résultats trimestriels meilleurs que prévu grâce à de solides ventes en ligne et en Chine. (Belga)