Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accentué jeudi sa pression sur la Chine en classant comme mission diplomatique l'organe chapeautant aux Etats-Unis les "instituts Confucius" d'enseignement du chinois, considérés des "outils de propagande". "Aujourd'hui, le département d'Etat a classé le Centre américain des Instituts Confucius comme une mission diplomatique étrangère de la Chine, reconnaissant ce qu'il est: une entité qui promeut la propagande de Pékin dans le monde et sa campagne d'influence néfaste sur les campus des universités et dans les classes des écoles" aux Etats-Unis, a indiqué le département d'Etat dans un communiqué. "Les instituts Confucius sont financés par la Chine et font partie de l'appareil d'influence et de propagande du Parti communiste chinois", a-t-il ajouté. La Chine a ouvert 75 "instituts Confucius" aux Etats-Unis, où les Américains peuvent apprendre le chinois et s'initier à la culture du pays, dont 65 au sein d'universités américaines. Les autres sont des unités indépendantes qui offrent des cours linguistiques aux jeunes, de la maternelle au lycée. Cette désignation ne concerne que la maison-mère des instituts et ne signifie pas leur fermeture, a souligné le responsable de l'Asie-Pacifique au département d'Etat, David Stilwell. "Nous ne fermons pas" le centre, nous le désignons simplement comme une mission diplomatique étrangère", a-t-il précisé au cours d'une conférence de presse. "Nous allons leur demander ce qu'ils font ici, aux Etats-Unis". En juin, le Sénat américain, contrôlé par les républicains, avait approuvé un projet de loi renforçant le contrôle sur les instituts Confucius dans les universités américaines. Cette loi, qui doit encore être approuvé par la Chambre des représentants à majorité démocrate, permet notamment aux universités de contrôler leurs activités, leurs recherches et leurs employés. Certains instituts Confucius ont déjà été soupçonnés de faire la propagande du régime communiste dans des universités étrangères, notamment en Australie et aux Etats-Unis, ce dont Pékin s'est défendu. (Belga)