Elise Mertens (WTA 22) est bien arrivée à New York où elle participera du 21 au 28 août, en simple comme en double, au tournoi WTA sur dur de Cincinnati, doté de 1.950.079 dollars, ultime répétition avant l'US Open. La Limbourgeoise, qui a retrouvé tous les autres Belges, s'est même déjà entraînée ce jeudi avec Alison Van Uytvanck (WTA 58) dans l'enceinte de Flushing Meadows. "Il n'y avait qu'une quinzaine de personnes dans l'avion que j'ai pris lundi soir pour New York après ma finale à Prague", a-t-elle raconté lors d'une conférence de presse. "J'ai comme prévu dû rester 24 heures en quarantaine après avoir passé un test mardi matin et j'ai pu pénétrer sur le site mercredi. Les règles ici sont très strictes. On ne peut pas quitter l'hôtel, où on peut simplement se balader dans le lobby, avec un masque, et se rendre dans une salle de jeu aménagée pour nos soins. Et tout est parfaitement désinfecté. C'est vrai que cela risque de faire long, mais je suis avant tout contente de pouvoir rejouer." Elise Mertens n'a, d'ailleurs, pas hésité à faire le voyage aux États-Unis à partir du moment où la tenue de l'US Open a été confirmée. Contrairement à d'autres. C'est ainsi que pas moins de 6 joueuses du Top 10, dont Ashleigh Barty (WTA 1), Simona Halep (WTA 2) et Bianca Andreescu (WTA 5), la tenante du titre, ont renoncé à s'aligner. "Je ne sais pas pourquoi tant de filles du Top 10 ont déclaré forfait", a-t-elle poursuivi. "Peut-être est-ce lié à l'assurance de conserver leurs points de l'an dernier, ou à la crainte de voyager, ce que je comprends parfaitement. Ou peut-être encore à proximité de la saison sur terre battue, avec le tournoi de Rome au lendemain de l'US Open. Moi, en tout cas, j'ai le sentiment que la WTA tout mis en œuvre pour que nous soyons en sécurité", a conclu la numéro 1 belge. (Belga)