Robbe Ceyssens, le coach d'Elise Mertens, était ravi mercredi à New York à l'issue de la qualification de sa protégée pour les demi-finales du tournoi WTA sur dur de Cincinnati. Le Limbourgeois, qui est également son compagnon à la ville, avait apprécié, dans les tribunes du Grandstand de Flushing Meadows, la manière dont elle s'était profilée pour dominer 6-1, 6-3 l'Américaine Jessica Pegula (WTA 83). "J'avoue que je ne m'y attendais pas", a-t-il confié. "Nous avions surtout misé sur les deux premiers tournois sur terre battue (NdlR : Palerme et Prague) pour avoir des matches. L'adaptation à la surface dure était compliquée, car les courts sont plus rapides que l'an dernier. Nous avions donc pris ce tournoi comme une mise en jambes en se disant que chaque match serait un bonus. Et nous sommes toujours là", a-t-il souri. "C'était difficile au début, mais après son premier match (NdlR: une victoire 6-0, 6-2 contre la Suédoise Rebecca Peterson), sa confiance a grimpé en flèche." Cette réussite, Robbe Ceyssens l'attribue surtout au travail fourni durant la trêve forcée en raison du Covid-19. "Nous avons beaucoup travaillé pendant l'interruption et nous connaissions le niveau qu'elle pouvait afficher à l'entraînement. Mais nous ne savions évidemment pas comment cela se traduirait en match", a-t-il expliqué. "L'adaptation devait se faire rapidement ici, car il n'y avait que trois, quatre jours, mais elle a bien géré cela. J'ai le sentiment qu'Elise a progressé au service, ainsi que sur la balle qui suit. Le retour est aussi très important dans le tennis féminin. Elle est la joueuse qui a gagné le plus de matches depuis la reprise (NdlR: 8 sur 10) et c'est un avantage en vue de l'US Open, même si je pense que les grosses têtes de série y seront en meilleure forme. Mais d'abord, place à cette demi-finale." (Belga)