Victoria Azarenka (WTA 14) a donc une nouvelle fois barré la route à Elise Mertens (WTA 21) dans un tournoi du circuit, vendredi à Ostrava. Déjà victorieuse 6-1, 6-0 en route vers une accession en finale à l'US Open, début septembre, la Biélorusse, 31 ans, a remis le couvert en République Tchèque. L'ancienne N.1 mondiale, tête de série N.4 du tableau, a battu la N.1 belge 6-4, 6-1. "Je ne dirais pas que ce fut une nouvelle victoire facile", a-t-elle souri, satisfaite. "Elle est très bien rentrée dans la partie et je trouvais qu'elle avait adapté sa tactique après New York. Le premier set fut très accroché et de grande qualité, avec beaucoup de points gagnants. Simplement, dans l'ensemble, j'ai été capable de gérer la cadence, de bien varier et de me montrer agressive lorsque ce fut nécessaire. Je ne sais pas si son jeu me convient, car elle m'a battu à plusieurs reprises en double. À l'US Open, c'était un de ces matches où je faisais ce que je voulais, mais ici, je dirais plutôt qu'après avoir trouvé mes repères, je lui ai surtout compliqué la tâche pour gagner des points." Auteur d'un épatant retour sur le devant de la scène depuis la reprise du circuit, début août, suite à la pandémie du Covid-19, Victoria Azarenka peut aller chercher à Ostrava son deuxième titre en trois mois et le 22e de sa carrière. Pour une place en finale, la Biélorusse rencontrera ce samedi la Grecque Maria Sakkari (WTA 23), 25 ans. "À côté du travail sur le plan physique et au niveau du service, c'est surtout mon approche des choses qui a joué un rôle très important dans mes résultats", a-t-elle poursuivi. "Je joue de manière plus libérée, car j'ai appris à ne plus avoir peur d'échouer. Durant une grande partie de ma carrière, j'ai eu peur d'échouer, de mal jouer devant un public vis-à-vis duquel je considérais avoir quelque chose à prouver, et c'est ce qui m'a empêché de réaliser de plus grandes performances. J'ai fait cette erreur trop longtemps, et elle m'a coûté ma confiance et mon bonheur. Mais heureusement, j'ai fini par m'en détacher", a-t-elle conclu. (Belga)