Le commissaire Pierre Vandersmissen, directeur du service Intervention de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, attaque devant le Conseil d'État la suspension dont il fait l'objet depuis le 24 septembre, selon une information diffusée samedi par le quotidien Le Soir. L'avocat de l'intéressé a fait valoir au Soir que, sur la forme, un point de procédure n'a pas été respecté. Il défend que le commissaire n'a pas été entendu avant d'être temporairement écarté. A la fin de la manifestation du collectif "La santé en lutte" le 13 septembre dernier, une personne n'appartenant pas aux forces de l'ordre a utilisé du gaz lacrymogène contre un manifestant plaqué au sol, et ce devant le commissaire Pierre Vandersmissen qui lui aurait fait signe de la main d'arrêter. Une enquête administrative a été demandée directement au chef de corps par le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close. Dans l'attente des résultats de cette enquête, le chef de corps a pris une mesure d'ordre. "Le directeur des interventions sera écarté de sa fonction le temps de l'enquête." (Belga)