Affaire Boël : le roi Albert II est le père biologique de Delphine Boël

Le 27 janvier 2020, le roi Albert II a reconnu, à la suite des résultats du test ADN, qu’il est le père biologique de Delphine Boël. Cette reconnaissance de paternité est arrivée après plus de six ans de procédure judiciaire et de rebondissements qui ont ébranlé la famille royale belge et la monarchie. Delphine Boël, artiste plasticienne, était la fille légale de Jacques Boël et de la baronne Sybille de Sélys Longchamps, cette dernière étant connue pour avoir été la maîtresse d’Albert dans les années 60, alors qu’il était prince héritier et marié. En juin 2013, la fille illégitime du Roi avait saisi la justice belge pour obtenir une contestation de paternité auprès de son tuteur légal (Jacque Boël) et la reconnaissance officielle de sa filiation via un test génétique auprès du souverain. Ces demandes étant estimées non fondées par le tribunal de première instance, elle s’en était remis à la cour d’appel de Bruxelles. Un jugement contraire avait alors été rendu et il avait été ordonné au monarque, le 25 octobre 2018, de se soumettre au test de paternité. Celui-ci s’était donc pourvu en cassation et s’était finalement soumis à l’expertise biologique le 28 mai 2019. Le 27 janvier 2020, le Roi des Belges a finalement officiellement reconnu le lien de filiation paternelle qui l’unit à Delphine Boël. Elle est sa fille naturelle et, de facto, la demi-sœur du roi Philippe de Belgique, du prince Laurent et de la princesse Astrid, les trois enfants qu’il a eus avec la reine Paola. Le dénouement de l'affaire Boël ne change néanmoins rien à l’ordre de succession actuel au trône.