Elections britanniques 2019

Les Britanniques sont appelés aux urnes le 12 décembre 2019 à l’occasion des élections générales. Ces nouvelles élections ont été anticipées à l’initiative de Boris Johnson à cause de ce que le Premier ministre a qualifié d’instabilité parlementaire liée au Brexit. En effet, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne déchire Conservateurs, Travaillistes et autres représentants du Parlement britannique et a déjà coûté leur place à l’ex-Premier ministre britannique David Cameron (qui a donné sa démission après le résultat du référendum sur le Brexit) et l’ex-Première ministre Theresa May (contrainte à démissionner à la suite des résultats catastrophiques du Parti conservateur aux élections européennes).

Ces élections ont pour but de réélire pour 5 ans les membres de la Chambre des Communes, qui est la chambre basse du Parlement britannique. Un scrutin uninominal majoritaire à un tour permettra d’élire les 650 membres qui siègeront : 529 pour l’Angleterre, 59 pour l’Ecosse, 40 pour le pays de Galles et 18 pour l’Irlande du Nord. Les grands partis du Royaume-Uni sont le Parti conservateur britannique (avec, à sa tête, Boris Johnson et qui compte aussi dans ses rangs David Cameron et Theresa May), le Parti travailliste britannique (ou “Labour Party”, dirigé par Jeremy Corbyn), les Libéraux-Démocrates (avec Jo Swinson), le Parti national écossais (Nicola Sturgeon), le Parti vert (Jonathan Bartley et Siân Berry) et, enfin, largement minoritaire, le Parti du Brexit (Nigel Farage).

Les deux thèmes cruciaux de ces élections législatives anticipées seront la sortie de l’Union européenne (Brexit avec accord, renégociation de l’accord, union douanière, second référendum, no deal, maintien dans l’UE, etc.), ainsi que la libération conditionnelle.