L’action Crescent chute de… 99 % sans que l’entreprise belge ne soit au courant

Il pourrait s’agir d’un problème technique. Une analyse est actuellement en cours du côté de la FSMA.

Bourse de Bruxelles, Euronext
Peu après 11 heures, l'action de Crescent a chuté de 99 % sur Euronext Bruxelles.

Étrange journée pour Crescent. L’action de l’entreprise technologique louvaniste a enregistré un "flashcrash" impressionnant : peu après 11 heures, elle a chuté de 99 % à la plus petite cotation possible, à savoir 0,0001 euro, informaient nos confrères du Tijd. Durant l’après-midi, elle s’est ensuite globalement reprise, revenant à une baisse de 7,5 %, s’affichant à 0,02 euro.

Le plus mystérieux ? L’entreprise elle-même n’avait aucune explication et n’était tout simplement… pas au courant. "Nous n’en savions rien avant de recevoir un coup de téléphone d’un journaliste", précisait le directeur financier Edwin Bex. "Il s’agissait peut-être d’un problème technique ? Nous allons prendre contact avec les autorités financières."

La FSMA, le gendarme financier belge, a d’ores et déjà lancé une analyse. "Nous avons pris contact avec la société et avec Euronext", confirmait son porte-parole Johan Corthouts. "Nous allons également regarder aux parties impliquées dans les transactions." Pour lancer une enquête formelle et prendre des sanctions, il faudra d’abord vérifier qu’il y a bel et bien eu abus de pouvoir.

Mais pour l’heure, la thèse privilégiée par la FSMA semble celle du "fat finger" (littéralement le "doigt lourd", NdlR). En d’autres termes, il s’agit d’une erreur humaine impliquant d’appuyer sur le mauvais bouton, avec les conséquences catastrophiques que l’on connaît. Toujours selon De Tijd, près de 9 millions d’actions Crescent ont été échangées ce vendredi, soit bien plus que les 500 000 habituelles. À la suite du flashcrash, certains investisseurs ont profité du cours extrêmement bas pour réaliser une bonne affaire.