Un an après, quel bilan pour Christine Lagarde à la tête de la BCE ?

En un an, en dépit des doutes sur ses compétences économiques, la Française a su valoriser ses atouts politiques.

Van Campenhout Patrick
Un an après, quel bilan pour Christine Lagarde à la tête de la BCE ?
©AFP
Il y a un an pratiquement jour pour jour, le président de la Banque centrale européenne (BCE), l’Italien Mario Draghi, cédait son siège à la Française Christine Lagarde. On s’en souvient, certains doutaient de sa capacité à assurer la fonction, n’étant pas économiste de formation, ni experte du monde bancaire. Et puis, nous rappelle le professeur Éric Dor (directeur des études économiques à l’IESEG school of management, Paris et Lille), "elle a commis une petite erreur de communication, mais elle l’a très rapidement réparée". La gaffe ? En répondant à une question au terme d’une conférence de presse, en mars dernier, au début de la pandémie, elle assure que la BCE n’a pas pour mission d’intervenir ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité