Budget de l'UE: "jour crucial" pour débloquer les négociations

Les âpres négociations entre les eurodéputés et la présidence allemande de l'UE, dans l'impasse, ont repris lundi pour tenter de trouver un accord sur le budget européen et le plan de relance, le Parlement européen qualifiant la journée de "cruciale".

Budget de l'UE: "jour crucial" pour débloquer les négociations
©Shutterstock
AFP

Entamés il y a plus d'un mois, les pourparlers marquent le pas, au risque de retarder ou de paralyser la mise en oeuvre du budget 2021-2027 de l'UE et du plan de relance économique européen qui y est adossé.

Ce budget pluriannuel doit impérativement recevoir le feu vert des eurodéputés ainsi que des Vingt-Sept à l'unanimité.

La 11e session des négociations budgétaires a commencé lundi peu avant 10 heures entre les parlementaires, l'Allemagne (qui occupe la présidence tournante de l'UE et négocie au nom des Etats) et la Commission européenne (l'exécutif de l'UE).

Lors d'un sommet en juillet, les Vingt-Sept s'étaient mis d'accord sur un plan de relance post-Covid de 750 milliards d'euros adossé à un budget européen 2021-2027 de 1.074 milliards d'euros - un montant jugé insuffisant par les eurodéputés.

Les discussions en cours concernent les modalités de ce cadre financier pluriannuel, les eurodéputés réclamant des fonds supplémentaires pour renforcer des programmes dans la santé, l'éducation ou encore la recherche, sabrés par les Etats dans leur projet.

"C'est désormais l'étape finale des négociations. On espère que des avancées pourront être réalisées, peut-être aujourd'hui, sinon plus tard cette semaine", a souligné un porte-parole du Parlement.

"Aujourd'hui pourrait être une journée cruciale pour l'avenir des pourparlers", a-t-il insisté.

"Nous nous préparons à un très long jour de négociations", a commenté Sebastian Fischer, porte-parole de la présidence allemande.

Des voix au sein de la Commission se sont élevées pour juger que, face à la deuxième vague de la pandémie et à une conjoncture économique alarmante, il était "grand temps de conclure" pour ne pas retarder les fonds de relance européens.

Dans des négociations distinctes, les eurodéputés ont déjà trouvé un accord la semaine dernière avec la présidence allemande pour intégrer au budget un mécanisme permettant de priver de fonds européens les pays ne respectant pas l'Etat de droit. Le Parlement européen en avait fait une ligne rouge pour approuver le budget.

Cet accord a provoqué la fureur de la Pologne et de la Hongrie, dans le collimateur de Bruxelles pour des réformes accusées de saper l'indépendance de la justice. Budapest menace désormais d'opposer son veto pour bloquer le budget européen et le plan de relance.