Willy Borsus, ministre wallon de l'Agriculture, ambitieux pour l'horizon 2030 : "Faire passer la Wallonie bio à la vitesse supérieure"

La Cour des comptes n'a pas été tendre au moment d'évaluer le Plan Stratégique de Développement de l'Agriculture Bio 2013-2020 de la Wallonie, relevant plusieurs failles et manquements. Devenu ministre de l'Agriculture en 2019, Willy Borsus promet un plan solide et ambitieux pour l'agriculture bio wallonne d'ici 2030.

"Le plan sortant était effectivement imparfait mais c'était aussi le premier du genre", rappelle Willy Borsus (MR).
"Le plan sortant était effectivement imparfait mais c'était aussi le premier du genre", rappelle Willy Borsus (MR). ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le prochain plan de soutien à l'agriculture biologique sera "particulièrement ambitieux" et visera à faire passer la Wallonie bio "à la vitesse supérieure", a réagi le ministre wallon de l'Agriculture, Willy Borsus, après un rapport de la Cour des comptes analysant la politique wallonne de soutien à l'agriculture biologique. 

Les remarques et recommandations importantes de ce rapport sont "scrupuleusement" analysées pour l'élaboration du nouveau plan (2021-2030), assure le ministre. La Cour des comptes estime, dans un rapport publié jeudi, que la politique de soutien de la Wallonie à l'agriculture biologique, mise en œuvre ces dernières années au travers du Plan Stratégique de Développement de l'Agriculture Bio 2013-2020, souffrait "d'un manque de vision à moyen et long terme" et relevait "davantage de l'accompagnement que d'une orientation forte du développement futur de l'agriculture biologique".

Tout en reconnaissant l'"avancée importante" que représentait ce plan, la Cour des comptes constate qu'il n'a pas permis d'atteindre tous ses objectifs, n'a pas fait l'objet d'une évaluation et ignorait certaines réalités de l'agriculture wallonne.

"Imparfait, mais c'était le premier"

La Cour des comptes a en outre pointé un manque de supervision des organismes certificateurs par la Wallonie et une absence de contrôle physique des produits qualifiés de "bio" importés de pays extérieurs à l'Union européenne.

"Le plan sortant était effectivement imparfait mais c'était aussi le premier du genre", réagit Willy Borsus (MR), qui a succédé en 2019 à René Collin (cdH) à la tête de l'agriculture wallonne. "Le plan que nous préparons en concertation avec tous les acteurs pour la période 2021-2030 sera soumis très prochainement au gouvernement wallon et sera particulièrement ambitieux, notamment en matière de résultats à atteindre (30 % de surfaces agricoles utiles en 2030). Il aura pour objectif de faire passer la Wallonie bio à la vitesse supérieure, en intégrant l'organisation des filières, l'accompagnement des opérateurs, le suivi du marché, la promotion des produits, etc.", promet dans la foulée le ministre Borsus.

Le Plan 2030 prévoira notamment un renforcement des capacités de surveillance des organismes certificateurs par l'administration, annonce également le ministre .

S'agissant, enfin, des importations de produits bio de l'extérieur de l'UE, M. Borsus reconnaît qu'il s'agit pour lui d'"un vrai sujet de préoccupation" et précise qu'un accord de coopération entre les Régions et les douanes est en phase finale de négociation.