Anvers ou Rotterdam, l'un des deux ports est davantage touché par la crise

Le port de Rotterdam a accusé une baisse de transbordement de près de 7 % l'an dernier, à 436,8 millions de tonnes, en raison de la crise liée à la pandémie de coronavirus.

Anvers ou Rotterdam, l'un des deux ports est davantage touché par la crise
©Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Le port de Rotterdam a accusé une baisse de transbordement de près de 7 %, à 436,8 millions de tonnes, l'an dernier en raison de la crise liée à la pandémie de coronavirus, résistant dès lors moins bien que son principal concurrent : le port d'Anvers.

Celui plus spécifiquement des marchandises a chuté de 3,1 % en 2020, à 231 millions de tonnes. En avril dernier, le port de Rotterdam avait prévenu qu'il n'excluait pas une baisse de transbordement de 20 % sur l'année entière, au vu des résultats du premier trimestre (-9,3 %) mais les prévisions se sont avérées quelque peu exagérées au regard de la reprise du second semestre, qui a enregistré un bénéfice plus élevé qu'en 2019.

Conséquences de la réduction de la production allemande d'acier

En 2020, le bénéfice s'est même élevé à près de 352 millions d'euros, contre 239 millions d'euros un an plus tôt, s'est félicité Allard Castelein, directeur du port.

La diminution du transbordement des conteneurs, cher à Rotterdam, a par ailleurs été limitée à un peu plus de 1 %. En outre, il y a eu en particulier beaucoup moins de transbordement de minerai de fer, de charbon et de pétrole brut.

Selon l'administration portuaire, l'approvisionnement des deux premiers a diminué principalement en raison de la forte réduction de la production allemande d'acier. Le transbordement de la biomasse a en revanche doublé.