Thomas Dermine : "Le risque d’une relance trop timide est plus grand que celui d’un dérapage budgétaire"

S’il y a mot qui revient souvent dans la bouche du secrétaire d’État, c’est le mot "pragmatisme", décliné à toutes les sauces ou presque.

"La question de la soutenabilité d’une dette pour une économie est complexe, mais je peux vous dire qu’un taux de 60 % pour l’économie belge, allemande ou française, ça n’a plus trop de sens", explique Thomas Dermine
"La question de la soutenabilité d’une dette pour une économie est complexe, mais je peux vous dire qu’un taux de 60 % pour l’économie belge, allemande ou française, ça n’a plus trop de sens", explique Thomas Dermine ©JC Guillaume
Pragmatisme sur le positionnement de l’Europe envers l’investissement public, d’abord. "La Commission met même la pression pour doper l’investissement public, pour que les effets s’en ressentent le plus rapidement possible. Cela l’a amenée à assouplir certaines règles budgétaires, pour ne pas répéter les erreurs commises en 2008 au sortir de la crise financière....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet